Les novembres de nos vies

Gaudet Stephane

Jai longtemps détesté novembre. Je n’y voyais que grisaille, froidure et arbres squelettiques, lugubres. En novembre, on perd deux minutes de lumière par jour et le soleil n’est visible que 30% du temps à cause du couvert nuageux. Pour les personnes qui souffrent de dépression saisonnière – 18% des Canadiens –, ce mois marque le début d’une période difficile et elles voient venir l’hiver avec appréhension. Heureusement, des traitements existent pour ces gens sensibles au manque de lumière. Soyons tout de même présents pour eux et gardons-les dans nos prières. 

Pourquoi novembre est-il mal aimé? Pour ceux qui, comme ce fut mon cas, ne souffrent pas de dépression saisonnière mais ont simplement de la difficulté à apprécier ce mois, le problème est peut-être qu’on l’associe volontiers à la mort. En fait, tout ne meurt pas en novembre; la vie continue, mais sous une autre forme, de façon plus discrète, cachée. La nature entre en dormance. Ce qui dort n’est pas mort, bien au contraire: la vie est là, moins exubérante, mais là quand même. Et c’est beau! 

Aujourd’hui, je ne trouve plus novembre triste, je le trouve magnifique. Il y a quelque chose de sublime dans ces paysages austères: ces brumes, ces nuages, ces arbres dénudés, ces étangs qui commencent à geler, cette nature qui s’endort pour revenir avec éclat plus tard. Pour moi, novembre est devenu une période de profonde intériorité, de retour à soi. Un moment idéal pour faire une retraite spirituelle. 

Dans la Bible, l’Ecclésiaste (appelé aussi Qohélet) nous enseigne que « toutes les choses que Dieu a faites sont bonnes en leur temps » (3,11). Le mois de novembre est nécessaire et a sa raison d’être. Il faut d’abord novembre pour qu’il y ait printemps.

Nos vies sont remplies de moments comme novembre, où certaines choses se mettent au repos. Des périodes où nous sommes en jachère, dans l’attente d’un à-venir. Ces périodes ont leur raison d’être aussi. 

Novembre est un don de Dieu. Dieu est dans novembre comme dans tous les mois de l’année et dans toutes les saisons de nos vies. Même dans les moments où tout nous paraît sombre et noir, nous ne sommes pas seuls, Dieu est là. 

Au lieu de maudire le temps gris, j’apprends à rendre grâce pour la beauté que j’y trouve. J’arrive à voir d’un œil plus positif cette grisaille qui revient chaque année et qui s’inscrit dans le cycle naturel des saisons. J’essaie de faire de même avec les moments de mon existence qui ressemblent à des mois de novembre, en me disant que je peux tirer profit de cette phase que je traverse, qu’elle ne m’arrive pas sans raison et que quelque chose de bon finira bien par en sortir.

C’est cela : apprendre à accepter et à apprécier les novembres de nos vies. Voilà ce sur quoi je méditerai ce mois-ci. 

Bon et beau novembre!

logo PDF