Ô belle Humanité

Dans la nuit de Noël, quelqu'un, pour nous,

en notre nom et en notre chair,

en notre temps, et en notre histoire,

en notre jour et en notre nuit,

quelqu'un, pour nous, accueille Dieu.

 

C'est Marie. En elle, comme dans une oasis,

s'est réfugiée toute la beauté du monde.

En elle, l'humanité la plus belle se penche sur le Créateur,

et, dans son coeur, comme dans une cathédrale,

chante et résonne la joie des anges:

"Gloire à Dieu au plus haut des cieux."

 

Je crois fermement

que c'est à partir de cette humanité virginale,

"plus jeune que le péché,"

que Dieu "décontaminera" notre monde,

que le Christ guérira notre humanité.

 

Ô belle Humanité,

penchée sur mon Seigneur,

penche-toi sur moi,

que je reprenne espoir.

 

Ô belle Humanité,

intouchée par le mal,

touche-moi,

que je te ressemble.


Georges Madore

(Marie, un nouveau regard, Fides, p. 44.)