Prier Marie dans un temps de Pentecôte

Dieu, c'est un coup de vent, se disait-elle:

Un grand Souffle. Le souffle créateur.

La grande respiration d'amour: l'Esprit!

«Le souffle de Dieu viendra sur toi...»

Ton époux, ton époux éternel... l'Esprit de Dieu.

(...)

 

Merci Marie

d'être entrée dans le tourbillon du Souffle de Dieu,

première dans l'aventure du renouveau du monde,

première dans la flambée de l'Esprit depuis ce jour-là.

Première disciple d'Évangile,

première à goûter ce que disait Jésus:

«L'Esprit, quand il viendra,

il vous fera comprendre toutes choses!»

Je te salue, la plus forte à la Croix

quand Judas allait se pendre

et que Pierre se cachait pour pleurer.

Première à recevoir de la croix de ton Fils

cette étrange effusion:

«Inclinant la tête il remit l'esprit».

Quel orage, quel coup de vent, ce vendredi-là!

Non, Dieu n'est pas seulement dans la brise légère, pensais-tu...

 

C'est Pentecôte dans l'Église, Marie.

Pentecôte sur la terre.

Depuis ce Jean XXIII.

C'est de nouveau le temps du

VIOLENT COUP DE VENT DE DIEU!

 Et tu es avec nous, Marie,

au Cénacle et sur tous nos chemins,

Première priante de Pentecôte.

Première enflammée de l'Esprit!

Marie tranquille. Marie douceur.

Marie sourire. Marie tendresse.

Marie bonheur. Marie beauté!

MARIE CROYANTE.

 

Il fait bon te saluer,

en plein coeur de ce monde,

recevant le cadeau des cadeaux,

le don promis, ce Défenseur annoncé par Jésus.

Jésus pour toujours dont tu seras la mère.

Jésus, le fruit béni de ton sein!

Ce Défenseur, n'est-il pas pour ce temps?

Pour notre monde avec ses peurs de guerre,

avec ses haines et aussi tant d'amours.

Pour notre temps, et ses cris d'espérance,

ne l'a-t-il pas promis?

 

André Dumont, o.m.i.

(extrait d'une prière publiée dans la Revue Notre-Dame du Cap, sept-oct. 1988, p.14-15)