Quand les chrétiens se mobilisentGaudet Stephane

J'avoue que je suis toujours un peu peiné par le fait que, lorsque la revue Notre-Dame-du-Cap partage sur sa page Facebook une nouvelle à teneur sociale, politique, économique ou écologique, cette publication suscite généralement moins de réactions que lorsqu’on affiche une belle image pieuse.

Mais quand, ce printemps, notre page Facebook a relayé la nouvelle à l’effet qu’une grande chaîne de magasins avait décidé de licencier ses employés ayant une déficience intellectuelle, les réactions et partages ont été nombreux. Dans les commentaires, des personnes appelaient même au boycottage de la chaîne. Les gens qui suivent notre page n’ont pas été les seuls à réagir fortement à cette nouvelle puisqu’une semaine plus tard, devant le tollé, l’entreprise s’est excusée et a voulu réembaucher les travailleurs qu’elle avait mis à pied.

Même s’il y avait certainement de nombreux chrétiens parmi les personnes indignées par cette décision injuste, on ne peut pas dire que ce sont les chrétiens qui ont obligé la chaîne de magasins à faire marche arrière. Tout de même, l’exemple montre que quand on se mobilise et exprime son indignation, on peut changer les choses.

Dieu n’est pas un nom, il est Verbe. Et Jésus n’est pas que Parole, il est aussi action. Il a guéri des malades, délivré des possédés, ressuscité Lazare, consolé des affligés, nourri des foules, chassé les vendeurs du Temple, libéré des individus prisonniers de leur condition sociale... Il faisait le bien partout où il passait (Actes 10,38).

De l’Ancien Testament au Nouveau, les Écritures nous disent avec force que ce ne sont pas les plus pieux qui font la volonté de Dieu, mais ceux qui pratiquent la justice. Dans sa récente exhortation apostolique Gaudete et exsultate sur la sainteté, le pape François nous rappelle ce qu’est la justice: « Il est vrai que le mot justice peut être synonyme de fidélité à la volonté de Dieu par toute notre vie, mais si nous lui donnons un sens très général, nous oublions qu’elle se révèle en particulier dans la justice envers les désemparés : “Recherchez le droit, redressez le violent! Faites droit à l’orphelin, plaidez pour la veuve!” (Isaïe 1,17) » (79).

Comment agir? S’indigner devant l’injustice, c’est déjà le début de l’action. Ensuite, on peut s’informer, écrire aux journaux, aux entreprises, aux élus, questionner, signer des pétitions, partager des nouvelles, manifester, boycotter… Les possibilités d’agir sont plus nombreuses qu’on le croit. Comme croyants, nous ne vivons pas à l’écart du monde; il n’y a donc aucune raison pour que les chrétiens ne participent pas eux aussi, comme tous les citoyens, au débat public et fassent entendre leur voix. Prière et action peuvent aller de pair.

Des chrétiens ont grandement contribué à l’abolition de l’esclavage aux 18e et 19e siècles, et aujourd’hui, beaucoup luttent contre la torture, la peine de mort, les inégalités… Quand nous nous mobilisons contre le mal, le monde change et devient meilleur!

logo PDF