Le pape François

MARIE VUE PAR… par Georges Madore, montfortain

          MARS 2021

PHOTO: NOTRE-DAME DU BON CONSEIL / PASQUALE SARULLO

Le pape François, est né le 17 décembre 1936 dans un quartier populaire de Buenos Aires, en Argentine. À 17 ans, à l’occasion d’une confession, il fait l’expérience de la miséricorde de Dieu. Il décide de rompre ses fiançailles et de devenir jésuite. Nommé archevêque de Buenos Aires en 1998, il choisit de loger dans un petit appartement plutôt que dans la somptueuse résidence épiscopale. Il est élu «évêque de Rome» – fonction officielle du pape – le 13 mars 2013. Son premier geste au lendemain de son élection sera d’aller prier la Vierge et de lui offrir un modeste bouquet. L’étoile sur son blason représente la Vierge.

Marie, la Mère qui a pris soin de Jésus, prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. Comme elle a pleuré la mort de Jésus, maintenant elle compatit à la souffrance de ce monde saccagé par le pouvoir humain. Totalement transfigurée, elle vit avec Jésus, et toutes les créatures chantent sa beauté. Elle est la Femme «enveloppée de soleil, la lune sous ses pieds, et couronnée de douze étoiles» (Apocalypse 12,1). Élevée au ciel, elle est Mère et Reine de toute la création. Dans son corps glorifié, avec le Christ ressuscité, une partie de la création a atteint toute la plénitude de sa propre beauté. Non seulement elle garde dans son cœur toute la vie de Jésus qu’elle conservait fidèlement (Luc 2,51.51), mais elle comprend aussi maintenant le sens de toutes choses. C’est pourquoi nous pouvons lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés (Laudato si’, 241).

Marie a vécu comme personne les béatitudes de Jésus. Elle est celle qui tressaillait de joie en la présence de Dieu, celle qui gardait tout dans son cœur et qui s’est laissé traverser par le glaive. Elle est la sainte parmi les saints, la plus bénie, celle qui nous montre le chemin de la sainteté et qui nous accompagne. Elle n’accepte pas que nous restions à terre et parfois elle nous porte dans ses bras sans nous juger. Parler avec elle nous console, nous libère et nous sanctifie. La Mère n’a pas besoin de beaucoup de paroles, elle n’a pas besoin que nous fassions trop d’efforts pour lui expliquer ce qui nous arrive. Il suffit de chuchoter encore et encore: «Je vous salue Marie…» (Gaudete et exsultate, 176).

Fondée en 1892 par le bienheureux Frédéric Janssoone, o.f.m.

Magazine d’information religieuse et de vie spirituelle, publié 10 fois l’an, en association avec la mission du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.

  • Abonnement
    (819) 374-2441 poste 173

  • Rédaction
    (819) 374-2441 poste 170